La culture biologique : combler le fossé entre les agriculteurs et la société

30 September 2021
By Alfred Grand, Directeur général de VERMIGRAND Naturprodukte GmbH Propriétaire de GRAND FARM for Research and Demonstration

J’aime dire que j’ai d’abord été formé par des vers de terre. Et maintenant, j’aime à penser que je transmets cette formation à d’autres agriculteurs et à la société.

Lorsque j’ai commencé à faire du lombricompostage dans l’exploitation céréalière conventionnelle de ma famille en Autriche il y a environ 25 ans, ma motivation était d’avoir une opportunité commerciale lucrative – je savais que les engrais biologiques pouvaient rapporter une prime assez intéressante dans notre région du pays. Je n’avais, à l’époque, que très peu de connaissances scientifiques concernant le potentiel des vers de terre dans la protection de l’environnement ; ma formation, qui s’est faite dans une école professionnelle d’œnologie (l’étude des vins), ne m’a pas apporté de connaissances sur le sol et le climat. Et nous avions certainement eu une courbe d’apprentissage : après avoir demandé de l’aide à l’université, il nous a fallu probablement cinq à sept ans pour acquérir une base de connaissances suffisamment importante pour réussir avec le lombricompostage. Mais nous y sommes parvenus et, au fur et à mesure que j’en apprenais davantage sur la science des vers de terre, j’étais de plus en plus inspiré par leur façon de faire.

Les vers de terre sont beaucoup plus intelligents que nous, les humains : ils entretiennent, apparemment sans effort, une relation symbiotique avec de nombreux aspects de leur écosystème, comme l’infiltration de l’eau et la santé du sol. Lorsque j’ai pris conscience de ce fait, j’ai décidé de faire passer notre ferme à la production biologique (malgré le manque de confiance dans l’agriculture biologique au sein de ma communauté).

Sur notre exploitation de 90 hectares, qui suit une rotation luzerne-blé d’hiver, et incorpore également du chanvre, du soja et du seigle, nous avons décidé d’essayer de minimiser les compromis avec l’environnement, comme le font les vers de terre. Notre vision a été de montrer ce qui est possible si nous nous efforçons de surmonter les contraintes connues pour créer des systèmes de production diversifiés. Nous essayons maintenant de démontrer que les systèmes alimentaires peuvent laisser la terre en meilleur état qu’elle ne l’était auparavant, en adaptant à notre région et à notre climat des systèmes bien connus, régénérateurs et positifs pour la nature. Au lieu d’optimiser notre exploitation pour les seuls gains ou rendements économiques, nous nous concentrons également sur d’autres aspects, tels que l’adaptation au changement climatique ou son atténuation, la réduction de l’écart entre les sexes dans l’agriculture, l’arrêt de la perte de biodiversité, l’amélioration de la santé des sols et, bien sûr, la garantie d’un bénéfice.

Ma ferme m’a permis de rester à flot sur le plan économique tout en poursuivant mon nouveau projet d’entreprise, le lombricompostage, et nous avons pu lancer une activité secondaire appelée VERMIGRAND. Une fois VERMIGRAND relativement bien établi, j’ai pu me consacrer davantage à la production de notre ferme biologique et je me suis intéressé de près à l’amélioration de notre système de travail du sol (déjà réduit).

Cet intérêt a été alimenté en partie par les médias sociaux, en fait. J’étais devenue très active sur Twitter, où j’ai trouvé qu’il était facile d’entrer en contact avec des experts de la santé des sols. Leur communauté m’a ouvert les yeux sur les nouvelles technologies des systèmes biologiques sans labour, et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’intéresser au Rodale Institute aux États-Unis, qui a décidé de soutenir mon travail ici en Autriche. Jeff Moyer, du Rodale Institute, m’a aidé à planifier des parcelles de démonstration pour expérimenter la pratique biologique du semis direct au rouleau et au crible. Ce fut un grand succès et, grâce à ces liens avec les communautés scientifiques d’Europe et des États-Unis, nous avons organisé une conférence sur le semis direct biologique ici en Autriche. Toutes ces collaborations avec la communauté scientifique m’ont fait prendre conscience que je n’ai pas besoin d’être un expert en tout, alors qu’il existe tant d’experts en science avec lesquels je peux travailler – et cette collaboration prend tout son sens lorsque la science est également informée par une perspective saine de réalisme à la ferme.

En Europe, certains agriculteurs semblent être dissuadés de pratiquer l’agriculture biologique en raison de facteurs tels que : des connaissances limitées, une faible confiance dans la viabilité économique de cette activité et des problèmes de gouvernance. Dans ce domaine, nous avons encore besoin d’un soutien financier et d’incitations, en particulier pendant la phase où les agriculteurs doivent absorber une grande partie de la charge financière qui accompagne la transition vers l’agriculture biologique.

La politique agricole commune (PAC) est un outil de gouvernance existant qui vise à combler ce manque de revenus. La PAC est parallèle au Cadre financier pluriannuel (CFP), qui est le budget européen renouvelé tous les sept ans. Les agriculteurs ont des stratégies commerciales qui s’étendent sur des décennies, voire des générations. Et ces plans comprennent souvent des subventions gouvernementales. Ces délais ne sont pas adaptés : le problème est que la PAC et les autres réglementations agricoles changent tous les sept ans, ce qui rend la planification à long terme et les changements importants, comme la conversion à l’agriculture biologique, souvent très difficiles à réaliser dans les très courts intervalles de temps de ces cycles de sept ans.

Mon réseau international m’informe également que leurs marchés ne facilitent pas la conversion à l’agriculture biologique ou à d’autres systèmes d’étiquetage. En Autriche, environ 26 % des terres sont consacrées à la production biologique, ce qui signifie qu’il est très facile de trouver un distributeur pour acheter nos céréales biologiques – certains de mes homologues américains ont toutefois rencontré des problèmes avec les acheteurs de produits biologiques. Même s’ils ont un produit biologique, il n’est pas toujours facile de trouver un distributeur biologique à proximité qui achètera leurs produits. En fait, certains devront parcourir plus de 482 km juste pour s’assurer d’obtenir la prime biologique, ce qui n’encourage pas les autres à faire la transition.

Dans l’ensemble, je pense que la plupart des défis liés à la transition du conventionnel au biologique sont liés à un manque de connaissances et de confiance, ainsi qu’à une mauvaise communication entre les agriculteurs, la science et la société. J’ai essayé de créer un pont entre les agriculteurs et la science dans ma ferme, afin de démontrer également à mes voisins que ces transitions sont possibles – mais un fossé subsistait toujours dans ma ferme en termes de communication avec la société. Et pour donner une fois de plus l’exemple à d’autres exploitations, et pour établir un lien avec la société, notre dernière initiative est la création d’un jardin maraîcher.

Cette aventure s’est avérée très complexe, car je suis céréalier de formation, mais je cultive maintenant une cinquantaine d’autres cultures que je vends directement à ma communauté locale. Mais, bien que ça ait été un défi, ce processus a été tout aussi gratifiant : le soutien et l’intérêt de notre village nous ont donné une occasion unique de partager également des connaissances importantes sur l’agriculture et les systèmes alimentaires avec notre clientèle (et plus encore) et de montrer à notre région l’importance de la revitalisation des zones rurales par la production alimentaire. J’espère que mon expérience incitera d’autres agriculteurs et entrepreneurs à intégrer l’horticulture dans leurs activités, car elle contribue réellement à accroître la sécurité alimentaire locale et à créer des systèmes résilients.

Nous espérons que notre exploitation, avec son opération de lombricompostage, sa ferme biologique et son jardin maraîcher, pourra contribuer à rapprocher la science, les agriculteurs et la société, afin d’inciter d’autres personnes à suivre notre modèle dans le monde entier.

Ce blog a été publié en partenariat avec l’université et la recherche de Wageningen, le programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS) et le World Business Council for Sustainable Development.

La Transition rurale équitable s’engage à amplifier les voix des producteurs divers à travers sa série Insights (Aperçus). Les points de vue et les opinions exprimés dans cette série n’engagent que leur auteur, et leur publication ne constitue pas une approbation de Transition rurale équitable des positions exprimées.